fbpx
  • Qui suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je ? Depuis des temps immémoriaux, les humains portent des masques et s’interrogent sur leur présence terrestre. Un certain nombre est convaincu que des êtres imaginaires régentent l’univers. Les scientifiques, eux, ont solutionné une partie de l’équation. Quant au reste, nous nageons dans le mystère et le mystère, c’est ça la poésie ! Après avoir exercé mille et un métiers, Normand Lebeau, dit LeBouc, finit par publier un livre en 2007, ce dont il rêvait depuis longtemps. Atteint du virus de la publication, il a récidivé à de nombreuses reprises et l’ensemble de ses écrits se trouve à la Collection nationale de la BANQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec). Tous genres confondus, sans prétention ni contention, il vous invite à plonger dans un bain de mousse onirique.
  • Come, have no fear of anything, he says, I am he who will help you cross all the boundaries you carry within yourself. Approach, do not be afraid, I will allow you to reach destinations you have always dreamt of, those illicit Edens where serpents dine on the milk of virgins, charmed by tongues of light that illuminate the shadowy mouths of the latest prophets.   In extremis is the story of a private, intimate war that the poet wages in the heart of besieged territories, where language shines its most beautiful light on the most sombre of inks. It is followed by Paintings of Ordinary Apocalypses, a series of poems where we are introduced to a variety of exotic characters. French version: editionstnt.com/produit/in-extremis/   Sylvain Turner holds a master’s degree in literature from the Université de Québec à Montréal. A designer/copywriter, translator, literary chronicler and lyricist, he has been published in magazines such as Gaz Moutarde, Possibles and Exit, among others. “You’ve got to read In extremis for the power of its words, the emotions conveyed and, very simply, to discover the pen of Sylvain Turner.” Roxanne Pichette CQFL (Ce qu’il faut lire)   “Highly incarnate. It almost feels like being at the movies.” Lynda Dion Libraire de force   “The poet has written a very touching book. Some of the poems are quite simple. The effectiveness with which they communicate emotion is undeniable. (…) Turner’s return to poetry is a definite success. I couldn’t be more delighted.” Daniel Guénette Le blog de Dédé blanc-bec
  • Je m’accroche aux lumières Qui me tendent un dernier soupir Dans l’œil de la mouche Il y a des conditions pour survivre Tu as mis ton masque à nu Je respire la nuit jusqu’à temps Qu’elle me dévisage
    Éric Roger a grandi entre Saint-Henri et Ville-Émard. Il a animé à la radio de CISM, CKUT et CINQFM. Il anime depuis 2000 les soirées de poésie-musique SoloVox un peu partout au Québec. Il vous offre ici « La pluie de la mort » son quatrième titre aux Éditions TNT.
  • La poésie de Marc-Arthur Jean-Baptiste ouvre d’emblée la porte à l’incontournable, déniant aux mots le droit de se scléroser. Poésie dépouillée de merveilleux et d’enjolivures, ne se réclamant donc d’aucune avant-garde littéraliste. De fait, un véritable kaléidoscope social dans lequel le jeu des miroirs du poète subjugue les vérités de l’existence, sans composer avec le rêve et sans menacer pour autant la parole poétique. Des maux traduits en mots, certes, mais qui renvoient avant tout à un monde obnubilé par la hantise du lendemain. De là, en vérité, cette poésie tangible et palpable, faisant sempiternellement face à la confrontation ! (Edgard Gousse) La poésie n’a pas dit son dernier mot. De même, l’époustoufl ante vitalité de la poésie haïtienne n’est plus à démontrer. Qu’est-ce pour nous - pétri.e.s de la glaise de cette terre d’Haïti que les mauvaises langues prétendent maudite, mais que nous savons enchantée- la poésie si ce n’est cette deuxième langue qui nous place parfois dans le voisinage des dieux ? Si l’auteur de ce recueil se défend d’être poète, c’est pour, la ligne suivante, rappeler qu’il écrit pour survivre – à la manière des poètes, ajoutons-nous. En réalité, nous promenant entre les pages de ce livre, nous nous apercevons que Marc-Arthur écrit pour chercher Dieu. Sauf que le dieu en question est aussi absent dans sa présence qu’il est présent dans son absence. « La mort s’est pendue dans le regard édenté de l’horizon » / « Dieu revendique son dieu dans l’amnésie formatée de son temps. » - Et le titre du livre prend tout son sens : « Ambiguïtés ». Ambiguïtés, une affaire de Dieu, qui parle encore aux hommes, qui savent écouter, lire et questionner. « Et si l’univers n’était qu’une molécule… » ? En effet, et si… ? Faubert BOLIVA
  • Viens, ne crains rien, dit-il, je suis celui qui t'aidera à traverser toutes les frontières que tu portes en toi. Approche, n'aie pas peur, je te permettrai d'atteindre ces destinations dont tu rêves depuis toujours, ces édens illicites où les serpents se nourrissent du lait des vierges, charmés par les langues de lumière dont s'illuminent les bouches enténébrées des derniers prophètes. In extremis est le récit d'une guerre intime que le poète se livre dans des territoires assiégés par des personnages d'extrême déroute, où le langage puise sa plus belle lumière dans les encres les plus sombres. Sylvain Turner est titulaire d'une maîtrise en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Concepteur-rédacteur, traducteur et chroniqueur à l'émission littéraire Libraire de force, il écrit de la poésie depuis plus de trente ans. Il a publié dans les années 1990, époque où il a participé aux activités de la revue Gaz Moutarde, notamment. Version en anglais: editionstnt.com/produit/in-extremis-english/
  • La plupart du temps, mon esprit vagabonde Les voies sont multiples et les idées abondent Non, je ne suis ni un motard ni un clodo Appelez-moi Normand le hobo Je traque les mots C’est ma voie, mon chemin de faire.   La majorité des textes de ce recueil ont été écrits en 2015, quelques-uns plus anciens y ont été intégrés. 2016 marquait le 25e anniversaire de la mort du célèbre trompettiste de jazz Miles Davis et un volet de ce recueil lui est consacré, ainsi qu’à d’autres immortels de cette musique classique des Afroaméricains. Auteur éclectique, Normand Lebeau a d’abord rédigé des nouvelles avant de se lancer à fond de train dans la prose poétique. Il est également un parolier prolifique. Écrire, c’est la drogue qui coûte la moins chère et qui dure le plus longtemps.
  • Dans le paradoxe de l’existence, la vie est fusion du mal et du bien, car le vecteur tangentiel de celle-ci est le résultat des deux (Mal et Bien) simultanément. De la dualité de corps de poussière et de l’âme vivifiante d’énergie… ainsi fut le commencement de l’homme-orchestre par l’embryon bleu qui atteint son minimum équilibre de planète d’eau-de-vie à la suite d’un chaos ancestral de bigbang d’œuf condensé de matières subtiles à réactions de molécules indéfinies et finies. Un résultat d’empreintes d’ambiguïtés qui amène à des êtres créés à l’image des dieux des croyances méconnues et connues et mystérieusement étiquetées de sacré… Dans la quantification de jeux de mots d’implosions ou d’explosions mathématiques, le déplacement en jets de spirales de matières originales finit par procréer ce qu’on appelle « Vie » dans la chimie primitivement modérée. Encore aujourd’hui, dans des équivoques schizophrènes de temps de présages, j’interroge le faux du vrai de l’insolite réalité…
  • Je me suis dit guide de ma vie pendant mes jeunes années, plus têtu qu’un âne et certain que l’indépendance était la meilleure chose pour moi; je réalise à l’instant que j’ai toujours eu besoin des autres. C’est sur mon quai de papier que je cède cette ignorance et mes pieds aux courants rudes et engourdissant de cette eau dédaigneuse.
    Extrait du texte Sur le sofa de mes dessins.
  • Le recueil Extraits en spirales est un alliage de mots, en élan d'alchimie, qui dénoncent et interrogent les failles du temps au lieu de se suicider de silence. La schizophrénie sature l'encre et conçoit des rêves qui deviendront des acquis dans le futur...  

Aller en haut