hader-churve

Jean-Simon Brisebois

Une jeunesse difficile

L’histoire de Jean-Simon Brisebois est effectivement difficile à raconter. Né dans une famille près des milieux criminels de l’est de Montréal, Jean-Simon est placé en centre d’accueil dès l’âge de cinq ans. Il y restera de façon intermittente jusqu’à la fin de son adolescence. Sa jeunesse est marquée par l’échec scolaire, la violence du milieu où il vit et l’abus d’alcool et de drogues auquel il a recours pour s’éloigner momentanément des nombreux problèmes qui l’accablent. Malgré les difficultés qu’il a surmontées, Jean-Simon ne prétend pas avoir découvert de recette miracle pour surmonter la détresse. «Je ne veux pas donner de leçons de vie à qui que ce soit avec mes livres. Je les écris avant tout pour moi et pour mes lecteurs

Découverte de l’écriture

Ces lecteurs ont fait la connaissance de Jean-Simon grâce à sa trilogie de poèmes, résultat d’un travail qui s’est échelonné sur plus d’une dizaine d’années. Une décennie au cours de laquelle la vie de l’auteur a pris plusieurs virages inattendus. À l’âge de 17 ans, les nombreuses difficultés de Jean-Simon le font craquer. Il est victime d’une sévère dépression et est hospitalisé dans un hôpital psychiatrique. L’expérience sera déterminante pour lui. «J’ai commencé à écrire à l’hôpital, simplement pour passer le temps. C’est ensuite devenu une habitude.» De retour chez lui, il fait lire quelques-uns de ses poèmes à ses amis, qui l’encouragent tous à les publier. L’idée, qui semble farfelue au départ, demeure dans l’esprit de Jean-Simon. Neuf ans plus tard, le rêve deviendra réalité.
Entre-temps, Jean-Simon occupe toutes sortes d’emplois. Il tente de mener une vie saine et d’échapper aux nombreux problèmes qui ont marqué sa jeunesse. Entre les petits boulots dans les usines ou les organismes communautaires, le poète en herbe accumule les expériences de vie.

Le rêve se réalise

Les éditions TNT lui donneront finalement sa chance. Les textes écrits par Jean-Simon entre 1997 et 2015 se transforment en sept recueils: Renaissance, L’âme de l’ange  Entité, Je me raconte, Les lettres écarlates, L’éveil des émotions et Veston de cuir et stylo urbain.

Les œuvres traitent, par le biais de textes brefs et rythmés, de l’enfance, de la spiritualité et de la vie dans la rue, dans un style que Jean-Simon qualifie de «poésie urbaine». L’écriture a pour lui une importante fonction libératrice. «J’extériorise ainsi ma peine. Ça me permet de crier qui je suis.» L’auteur se sert de plus de son travail littéraire afin de répondre à certaines questions. «Mes parents ne se sont pas beaucoup occupés de moi. Je dois donc m’expliquer beaucoup de choses tout seul. »Le travail artistique et l’implication sociale ont joué un rôle déterminant dans le cheminement de Jean-Simon Brisebois. En plus d’avoir réalisé un court-métrage sur sa vie, il a Co-scénarisé en 2001 une pièce de théâtre en collaboration avec la Fondation des Auberges du Cœur, un organisme qui lui est venue en aide lors d’une période sombre de sa vie. En décembre 2008, des extraits de ses recueils de poésie ont été lus sur scène par le comédien Stéphane Côté lors d’un autre spectacle organisé au bénéfice de l’organisme qui offre des services d’hébergement aux jeunes marginalisés. Sa participation à ce dernier spectacle lui a permis de remporter, à la suite d’un concours, la bourse Simple Plan, d’une valeur de 1 000$.

Le poète à partager son talent en donnant des ateliers d’écriture à Spectre de Rue, un centre de jour pour les toxicomanes du centre-ville de Montréal. Un recueil des activités poétiques qu’il donnait à l’époque avec d’autre intervenant de l’établissement ont donné naissance au recueil Murmure de la rue

L’avenir de Jean-Simon Brisebois

Après avoir publié 7 livres en 7 années, l’auteur Jean-Simon Brisebois a pris quelques années de répit. Il revient en force avec son nouveau recueil. (Veston de cuir et stylo urbain). L’écriture est son exutoire pour extérioriser ses démons. C’est en puisant dans son vécu, en s’inspirant des plus marginaux et en cherchant à même le béton de la rue qu’il alimente sa poésie hors du commun. Au terme d’un huitième recueil, laissez-vous guider et bercer par le cri de ce poète de la nuit.